Islam

De Esopedia.

(Redirigé depuis Mahométan)

Islam et Mahomet.

Certes, les écrivains catholiques ont tort de déverser leur bile dans des phrases comme celle-ci : "Dans beaucoup de pagodes, la pierre phallique revêt constamment, ainsi que le babylos grec, la forme brutale et indécente du lingham... le Maha Deva[1]." Avant de souiller un symbole, dont la haute signification métaphysique est trop profonde pour les champions modernes de cette religion sensualiste par excellence, le catholicisme romain, ils devraient détruire leurs temples les plus anciens et en changer la forme des coupoles. Le Mahadéva d'Elephanta, la Tour Ronde de Bhangulpore, les minarets de l'Islam, qu'ils soient arrondis ou pointus, sont les modèles originaux du Campanile de saint Marc à Venise, de la cathédrale de Rochester et du Dôme plus moderne de Milan. Tous ces clochers, tourelles, dômes, ainsi que les temples chrétiens, sont des reproductions de l'idée primitive du lithos ou phallus érigé. "La tour occidentale de la cathédrale de Saint-Paul à Londres, dit l'auteur de The Rosicrucians, est un des doubles lithoï érigés devant chaque temple, tant chrétien que païen." De plus, dans toutes les églises chrétiennes, et surtout dans les temples protestants, où elles occupent une place très apparente, les deux tables de pierre de la Loi de Moise se trouvent côte à côte au-dessus de l'autel, réunies en une seule et dont la partie supérieure est arrondie... La pierre de droite est mâle, celle de gauche est femelle"[2]. Par conséquent ni les Catholiques, ni les Protestants ne devraient parler des "formes indécentes" des monuments païens, tant qu'ils ornent leurs propres temples avec les symboles du Lingham et du Yoni, et même qu'ils gravent sur ceux-ci les lois de leur Dieu.

(source : "Isis Dévoilée" d'Héléna Blavatsky, III, p.13)




Aucune religion du monde n'a eu une histoire aussi sanglante que le Christianisme. Toutes les autres, y compris les féroces batailles du "peuple élu" contre leurs proches parents, les tribus idolâtres d'Israël, pâlissent devant le fanatisme meurtrier des partisans du Christ ! L'extension rapide du Mahométisme conquérant par le glaive du prophète de l'Islam est une conséquence directe des batailles et des rixes sanglantes parmi les Chrétiens. Ce fut la guerre intestine entre les partisans de Nestor et de Cyrille qui donna naissance à l'Islamisme ; et ce fut dans le couvent de Bozrah que la prolifique semence fut premièrement plantée par Bahira, le moine nestorien. Arrosé par des fleuves de sang, l'arbre de la Mecque s'est développé au point que dans le siècle actuel il abrite près de deux cents millions de fidèles. Les récents massacres bulgares[3]sont le résultat naturel du triomphe de Cyrille et des adorateurs de Marie.

(source : "Isis Dévoilée" d'Héléna Blavatsky, III, p.64)




Ce qu'on a dédaigneusement appelé Paganisme était l'ancienne sagesse, saturée de Divinité ; et le judaïsme et ses rejetons, le Christianisme et l'Islamisme ont tiré toute leur inspiration de ce père éthnique. Le brahmanisme prévédique et le bouddhisme sont la double source dont toutes les religions ont jailli ; le Nirvana est l'océan vers lequel elles tendent toutes.

(source : "Isis Dévoilée" d'Héléna Blavatsky, IV, p.320)




Mahomet parut près de six cents ans [4] après le soi-disant déicide[5]. Le monde gréco-romain était encore sous le coup des dissensions religieuses, s'opposant à tous les édits impériaux antérieurs et la christianisation forcée. Tandis que le Concile de Trente discutait au sujet de la Vulgate, l'unité de Dieu l'emporta sur la trinité et bientôt les Mahométans furent plus nombreux que les Chrétiens. Pourquoi ? Parce que leur prophète ne chercha jamais à se faire passer pour Allah. Autrement, nous le disons sans crainte, il n'eût pas vécu pour voir triompher sa religion. Le Mahométisme a fait jusqu'à ce jour, et fait encore plus de prosélytes que le Christianisme. Le Bouddha Siddhârtha vint comme un simple mortel, des siècles avant le Christ, son éthique religieuse dépasse encore aujourd'hui en beauté morale, tout ce qu'avaient rêvé les Tertullien et les Augustin.

(source : "Isis Dévoilée" d'Héléna Blavatsky, III, p.267)



Combien d'âmes ardentes et sincères se sont révoltées contre le dogme monstrueux de Jean Calvin, le petit pape de Genève, que le péché est nécessairement la cause du plus grand bien. Il était, néanmoins, étayé par la même logique que celle de des Mousseaux, et expliqué au moyen des mêmes dogmes. Le supplice de Jésus, l'homme-dieu, sur la croix, était le plus grand crime qui ait jamais été commis dans le monde entier, mais il était nécessaire afin que l'humanité, c'est-à-dire ceux qui étaient prédestinés à la vie éternelle, fussent sauvés. D'Aubigné rappelle la citation du Canon, par Luther, lorsqu'il s'écrie en extase : "O beata culpa, qui talem meruisti redemptorem !" O Bienheureuse faute, qui mérita un tel Rédempteur. Nous nous apercevons maintenant que le dogme qui nous paraissait si monstrueux dès l'abord, est, après tout, la doctrine du Pape, de Calvin, de Luther – et que les trois ne font qu'un.

Mahomet et ses disciples, qui avaient un grand respect pour Jésus, comme prophète, dit Eliphas Lévi, en parlant des chrétiens disaient : "Jésus de Nazareth était, certes, un véritable prophète d'Allah, et un saint homme ; mais hélas ! ses disciples furent tous, un jour, atteints de folie, en faisant de lui un dieu".

(source : "Isis Dévoilée" d'Héléna Blavatsky, IV, p.148)




Mahomet ne fut jamais considéré comme un dieu, et il ne l'est pas non plus aujourd'hui ; néanmoins, sous l'empire de son nom, des millions de Musulmans ont servi leur Dieu avec une ardeur qui n'a jamais été égalée par les sectaires chrétiens. Qu'ils aient lamentablement dégénéré depuis l'époque de leur prophète, ne change rien à la chose elle-même, mais prouve, au contraire, la prépondérance de la matière sur l'esprit dans le monde entier. En outre ils n'ont pas dégénéré de leur foi primitive plus que les chrétiens eux-mêmes. Pourquoi, alors, Jésus de Nazareth, mille fois plus grand, plus noble et moralement plus élevé que Mahomet, ne serait-il pas vénéré et suivi pratiquement par les chrétiens, au lieu d'être aveuglément et stérilement adoré, comme un dieu, et invoqué à la façon de certains bouddhistes, qui tournent leur moulin à prières. Nul ne doute aujourd'hui que cette religion ne soit devenue stérile, et qu'elle ne mérite pas plus le nom de christianisme que le fétichisme des Kalmouks ne mérite celui de la philosophie prêchée par Bouddha.

(source : "Isis Dévoilée" d'Héléna Blavatsky, IV, pp.250-251)




Nombre d'hommes ont surgi qui ont eu une lueur de la vérité, tout en s'imaginant qu'ils la possédaient tout entière. Ceux-là ont échoué dans le bien qu'ils auraient pu faire et qu'ils ont tenté de faire, parce que la vanité leur a fait mettre leur personnalité en avant, au point qu'elle s'interposait entre leurs sectateurs et la vérité tout entière qui était reléguée à l'arrière-plan. Le monde n'a nul besoin d'une église sectaire, que ce soit celle de Bouddha, de Jésus, de Mahomet, de Swedenborg, de Calvin, ou d'un autre quelconque. Puisqu'il n'y a qu'UNE vérité, l'homme n'a besoin que d'une seule église – le Temple de Dieu en nous, enclos par le mur de matière mais ouvert à tous ceux qui en trouvent le chemin : Ceux qui ont le cœur pur voient Dieu.

(source : "Isis Dévoilée" d'Héléna Blavatsky, IV, p.315)




D'après Faigi Dîwân, "témoin des discours merveilleux d'un libre penseur qui appartient à mille sectes :

"Au jour de la résurrection, quand seront pardonnées les choses passées, les péchés de la Ka'bah seront effacés grâce à la poussière des églises chrétiennes."

A quoi le professeur Max Müller réplique :

"Les péchés d'Islam n'ont pas plus de valeur que la poussière du Christianisme. Au jour de la résurrection, les mahométans, comme les chrétiens, verront la vanité de leurs doctrines religieuses. Sur la terre, les hommes se battent pour la religion au ciel, ils découvriront qu'il n'y a qu'une seule religion vraie : l'adoration de L'ESPRIT de Dieu."

En d'autres termes : "IL N'Y A PAS DE RELIGION [OU DE LOI] PLUS ELEVEE QUE LA VERITE." – (Satyât Nâsti Paro Dharmah) – suivant la devise des Mahârâjahs de Bénarès, adoptée par la Société Théosophique.

(source : "La Doctrine Secrète" d'Héléna Blavatsky, I, LXX)




Le commandement de "Connais-toi toi-même", donné à Delphes, était parfaitement compréhensible pour toutes les nations de jadis. Il en est de même aujourd'hui, sauf pour les Chrétiens, puisque, à part les Musulmans, il fait partie intégrante de toutes les religions orientales, y compris celle des Juifs versés dans la Cabale.

(source : "La Doctrine Secrète" d'Héléna Blavatsky, V, p.73)




Adi est, dans notre Doctrine, le nom générique de tous les premiers hommes, c'est-à-dire des premières races douées de la parole, dans chacune des sept zones – d'où, probablement, "Ad-am" et, dans chaque Nation, ces premiers hommes passent pour avoir été instruits des divins mystères de la création. Ainsi les Sabéens (selon une tradition conservée dans les ouvrages Soufis) disent que lorsque le "Troisième Premier Homme" quitta la contrée adjacente à l'Inde, pour Babel, un arbre[6] lui fut donné, puis un second et un troisième, dont les feuilles rappelaient l'histoire de toutes les races ; le "Troisième Premier Homme" désignait un homme appartenant à la Troisième Race-Racine et pourtant les Sabéens l'appelaient Adam. Les Arabes de la Haute-Egypte et les Mahométans en général ont conservé une tradition d'après laquelle l'Ange Azazel apporte à Adam, chaque fois que celui-ci renaît, un message du Verbe de Sagesse de Dieu ; les Soufis expliquent cela en disant que ce livre est donné à chaque Séli-Allah ("l'élu de Dieu") pour ses hommes sages. L'histoire que racontent les Cabalistes – à savoir que le livre donné à Adam avant sa Chute (livre rempli de mystères, de signes et d'événements qui avaient eu lieu, qui existaient ou qui devaient avoir lieu) fut repris par l'Ange Raziel après la Chute d'Adam, mais lui fut rendu ensuite de peur que les hommes ne perdissent sa sagesse et ses instructions ; que ce livre fut remis par Adam à Seth, qui le transmit à Enoch, puis celui-ci à Abraham et ainsi de suite au plus sage de chaque génération – se rapporte à toutes les Nations et non pas aux Juifs seuls.

(source : "La Doctrine Secrète" d'Héléna Blavatsky, V, p.190)




Quel est le sens étymologique du mot Eden ? En Grec, c'est ὴδουή, qui veut dire "volupté". Sous cet aspect, ce n'est rien de mieux que l'Olympe des Grecs, le Ciel d'Indra, Svarga sur le mont Mérou et même le Paradis plein de Houris, promis par Mahomet aux fidèles. Le Jardin d'Eden n'a jamais été la propriété des Juifs, car la Chine, que l'on ne saurait guère suspecter d'avoir eu la moindre connaissance des Juifs 2.000 ans avant J.-C., avait, dans l'Asie Centrale, un Jardin primitif de ce genre, habité par les "Dragons de Sagesse", les Initiés et, suivant Klaproth, la carte hiéroglyphique, tirée d'une encyclopédie japonaise, qui se trouve dans le livre intitulé Foè-Kouè-Ki[7], place le "Jardin de Sagesse" sur le Plateau de Pamir, entre les pics les plus élevés de la chaîne des Himalayas. Après l'avoir décrit comme le point culminant de l'Asie Centrale, on nous montre les quatre fleuves – l'Oxus, l'Indus, le Gange et le Silo – jaillissant d'une source commune, le "Lac des Dragons".

Ce n'est cependant pas l'Eden de la Genèse, pas plus que le Jardin Cabalistique de l'Eden. Le premier, en effet – l'Eden Illa-ah – signifie dans un certain sens Sagesse, un état analogue à celui de Nirvâna, un Paradis de Béatitude, tandis que dans un autre sens il se rapporte à l'Homme Intellectuel lui-même, à celui qui contient en lui-même l'Eden dans lequel pousse l'Arbre de la Science du bien et du mal, dont l'homme est le Connaisseur.

(source : "La Doctrine Secrète" d'Héléna Blavatsky, III, p.254)




Astoreth était, dans un sens, un symbole impersonnel de la Nature, le Vaisseau de la Vie sur toute la surface de l'Océan Sidéral sans limites, les germes de tous les êtres. Et lorsqu'elle n'était pas identifiée à Vénus, comme toutes les autres "Reines du Ciel" auxquelles on offrait en sacrifice des biscuits et des gâteaux, Astoreth devenait le reflet de "Nouah, la Mère Universelle" des Chaldéens (le Noé femelle, considéré comme ne faisant qu'un avec l'Arche) et celui de la Triade femelle, Ana, Bélita et Davikina, appelée, lorsqu'elle est réunie en une, "Souveraine Déesse, Dame de l'Abîme Inférieur, Mère des Dieux, Reine de la Terre et Reine de, la Fécondité". Plus tard, Bélita ou Tamtou[8] (la mer), la Mère de la Cité d'Erech (la grande Nécropole chaldéenne), devint Eve, et maintenant elle est, dans l'Eglise Latine, la Vierge Marie, représentée debout sur le croissant de la Lune et, parfois, sur le Globe, pour varier le programme. Le Navis, ou aspect en forme de navire du croissant, qui réunit en lui tous les symboles communs du Vaisseau de la Vie, tel que l'Arche de Noé, le Yoni des Hindous et l'Arche de l'Union, n'est autre que le symbole femelle de l'Universelle "Mère des Dieux" et on le trouve maintenant dans toutes les Eglises sous son symbole chrétien ; la "Nef" (de navis)[9]. Le Navis, le Vaisseau Sidéral, est fructifié par l'Esprit de la Vie – le Dieu mâle, ou, comme le savant Kenealy l'appelle avec beaucoup de justesse dans son Apocalypse – le Saint-Esprit. Dans le symbolisme religieux Occidental, le croissant était l'aspect mâle et la pleine Lune l'aspect femelle de cet Esprit universel. Le mot mystique ALM, que le prophète Mahomet mit en tête de beaucoup de chapitres du Coran, se rapporte à elle comme à la Vierge Immaculée des Cieux[10]. Et – comme le sublime verse toujours dans le ridicule – c'est de cette racine Alm que nous devons faire dériver le mot Almeh – danseuses égyptiennes. Ces dernières sont des "vierges" dans le genre des Bayadères des Indes et des Kadeshim (femelles), des "êtres saints" des temples juifs – consacrées à Jéhovah qui représentait les deux sexes – et dont les saintes fonctions dans les temples israélites étaient identiques à celles des Bayadères.

(source : "La Doctrine Secrète" d'Héléna Blavatsky, IV, pp.20-21)




Le Tibétain m'a demandé de dire clairement que, lorsqu'il parle du Christ, il utilise son nom officiel, comme Chef de la Hiérarchie. Le Christ travaille pour tous les hommes quelle que soit leur foi ; Il n'appartient pas plus au monde chrétien qu'au monde bouddhiste, à l'Islam et qu'à toute autre foi. Il n'est pas nécessaire qu'un homme entre dans l'Eglise chrétienne pour être affilié au Christ. Ce qui est exigé est l'amour de vos semblables, une vie disciplinée, la reconnaissance de la divinité dans toutes les croyances et tous les êtres, et une règle de vie journalière qui soit l'Amour.

(source : "Extériorisation de la Hiérarchie" d'Alice Bailey, p.558)




En dépit de la séparation, le problème [de l'Inde] reste aigu. Sa solution affectera l'Asie entière et déterminera l'histoire asiatique pendant des années à venir. Cela éliminera plusieurs causes de friction dans le monde, comme par exemple l'irritation causée en Grande-Bretagne par les efforts des Etats-Unis pour défendre la cause des Indiens (sans avoir pleine conscience de l'implication) et pour indiquer aux hommes d'Etat britanniques la manière de procéder[11]. Le peuple des Etats-Unis ne connaît presque rien à la question et manifeste toujours une ignorance surprenante des faits. Le sentiment général est aussi que, tant que les Etats-Unis n'ont pas modifié le statut de leurs Nègres et mis de l'ordre dans leurs propres affaires, ils n'ont pas la moindre voix au chapitre. La paix du monde d'aujourd'hui dépend dans une large mesure des bonnes relations entre Etats-Unis et Grande-Bretagne et l'intervention constante de l'opinion publique américaine s'exprimant sur les relations entre Inde et Grande-Bretagne (surtout sous l'excitation de piètres politiciens indiens, installés aux Etats-Unis) cause des malentendus qu'il faudrait éviter et qui le seraient, moyennant une meilleure connaissance des faits, surtout à cette période critique de l'histoire. La voix de la minorité islamique semble ne pouvoir se faire entendre aux Etats-Unis et c'est chose regrettable, car les désirs de quatre-vingt millions d'individus ne sont pas négligeables. C'est un chiffre égal à plus de la moitié de la population des Etats-Unis. Il en va de même avec le problème de la Palestine, la position et les réclamations des Arabes, qui sont en majorité, ne sont même pas considérées.

L'Inde est un pays qui a une très longue histoire. Elle possède une antique et très riche civilisation, avec une pléthore de religions, une multitude de langues et plus de cinq cent millions d'habitants, dont beaucoup ne peuvent parler la même langue. Ces habitants ne forment pas un tout homogène, mais un mélange de races, unies géographiquement et par une longue association. Il y a très longtemps, les Musulmans, virils, forts et très intelligents, prirent le pouvoir, conquirent l'Inde dont ils vainquirent les populations plus passives et dégénérées, affaiblies. Ils sont demeurés un facteur influent dans la vie et la politique indiennes. Au XVIIIème siècle, les Britanniques arrivèrent aussi, non comme conquérants, animés d'ambitions belliqueuses, mais dans des buts commerciaux. Ils pénétrèrent d'abord avec la Compagnie des Indes orientales, une organisation commerciale. Plus tard, il fallut protéger ses intérêts par la force armée, non contre une Inde unie (car cela n'existait pas alors, ni aujourd'hui), mais contre certains groupes d'Indiens, qui guerroyaient sous les ordres de leurs chefs ou princes régnants.

Comme je l'ai dit auparavant, je ne fais pas œuvre d'historien, mais cherche simplement à indiquer le plan général des conditions et des faits. Aujourd'hui, il faut considérer aux Indes les facteurs suivants :

D'abord la masse du peuple, de natures diverses, incapable de parler la même langue, mais où les gens cultivés se servent de l'Anglais comme moyen de communiquer entre eux. Les idées religieuses sont extrêmement différentes.

En second lieu, il faut considérer les quatre-vingt millions de Musulmans. Ils se trouvent surtout dans l'Inde du Nord, quoiqu'ils soient dispersés ailleurs dans le pays entier et soudés ensemble par la Ligue musulmane. Ils sentent, à juste titre, que si l'Inde pouvait se gouverner elle-même, ils seraient dépassés par le nombre, sous quelque forme de gouvernement démocratique que ce soit, et n'auraient rien à dire dans les affaires publiques. Ils sont toutefois plus unis, comme groupe, que les Hindous. Ils sont plus militants, plus agressifs et leur potentiel de combat est plus grand que celui des Hindous plus efféminés. Ils ne sont pas divisés systématiquement en groupes, comme le sont les Hindous en quatre grandes castes : Brahmines, caste des guerriers, caste des marchands et caste des balayeurs, la plus humble, auxquels s'ajoutent les millions d'intouchables, qui posent un si poignant problème. Ces castes constituent une faiblesse fondamentale dans les affaires indiennes, comme toutes les tendances séparatives, contraires au plan divin, qui a fait égaux tous les hommes, mais le problème n'a plus l'acuité d'il y a cinquante ans.

(source : "Les Problèmes de l'Humanité" d'Alice Bailey, pp.129-130)




Aussi graves peut-être, à cause de l'effet produit sur des milliers innombrables parmi le public ignorant, sont les ambitions matérielles et politiques des Eglises. Dans les religions orientales, tel n'est pas le cas, du moins n'est-il pas aussi flagrant. Dans le monde occidental, pareille tendance amène rapidement l'effondrement des Eglises. Dans les religions orientales, un négativisme désastreux a pris le dessus. Les vérités données n'ont pas suffit à améliorer la vie quotidienne du croyant, ni à ancrer de manière créatrice les vérités sur le plan physique. L'effet des doctrines orientales est surtout subjectif et, dans les affaires de tous les jours, il est négatif. Le négativisme des interprétations théologiques des Ecritures bouddhiques et hindoues a maintenu le peuple dans un état léthargique, dont il commence lentement à émerger. La foi mahométane est, comme la chrétienne, une face positive de la vérité, quoique fort matérialiste. Ces deux croyances ont été militantes et politiques dans leurs activités.

(source : "Les Problèmes de l'Humanité" d'Alice Bailey, p.147)




Les enseignements des degrés supérieurs insistent sur la nature du Plan, sur le nouveau cycle d'évolution dans lequel entre maintenant l'humanité, sur le retour prochain du Christ, sujet qui a été enseigné par toutes les religions. Le chrétien attend la venue du Christ, le juif celle du Messie, le bouddhiste, celle du Boddhisattva, l'hindou, celle de l'Avatar et enfin le mahométan, celle de l'Iman Mahdi. L'universalité de cet enseignement, en plus de l'attente générale, constitue un argument en faveur de sa véracité. L'acceptation largement étendue d'une certaine vérité au cours des siècles, dans toute culture ou civilisation, indique une réalité divine toujours présente. Aujourd'hui, ces vérités doivent s'adresser au mental et être scientifiquement établies ; elles ne doivent plus s'adresser à l'émotion et avoir seulement un attrait mystique, comme cela a été généralement le cas jusqu'ici.

(source : "Autobiographie inachevée" d'Alice Bailey, p.288)




Le Christ est venu pour nous enseigner la valeur suprême de l'individu [...].

Les disciples de Mahomet ont exalté surtout l'existence de Dieu, en tant qu'Etre suprême, Seul et Unique. On dirait que cette affirmation, qui se répandit au XVème siècle, vint dans le dessein de rétablir un équilibre rompu, afin de préserver l'homme contre l'oubli de Dieu, au moment où il s'approchait de sa propre divinité latente et essentielle en tant que fils du Père. L'étude des relations qui existent entre les différentes croyances, et la façon dont elles se préparent et se complètent mutuellement, est du plus grand intérêt. Nos théologiens occidentaux l'ont souvent oublié. Le christianisme a beau garder secret l'enseignement sacré qu'il contient, cet enseignement n'en est pas moins hérité du passé. Il a pu se personnifier dans le plus grand des Messagers divins, le chemin de ce Messager n'en a pas moins été préparé auparavant, et Il avait été Lui-même précédé par d'autres grands fils de Dieu. Sa parole est sans doute la Parole qui vivifie notre civilisation occidentale, en elle peut s'incarner le salut qui nous avait été promis ; L'Orient n'en a pas moins eu ses propres Maîtres, et chacune des civilisations qui ont fleuri sur notre planète a eu son représentant divin. Lorsque nous considérons le message du christianisme, et son apport unique, n'oublions pas pour cela le passé, sans quoi notre propre foi nous restera incompréhensible.

(source : "De Bethléem au Calvaire" d'Alice Bailey, pp.33-34)




Lorsque le disciple est confronté avec les événements et les possibilités à la fois intérieurs et extérieurs, il peut enregistrer une impression de frustration complète ; il aspire à aider, mais ne sait que faire ; sa compréhension des difficultés menaçantes, son analyse de ses ressources et de celles des personnes avec qui il travaille, sa perception claire des forces alignées contre lui l'incitent à rester tranquille et à dire : De quelle utilité est l'effort que je peux faire ? Pourquoi ne pas laisser les deux forces, celle du bien et celle du mal, la Loge Noire et la Hiérarchie spirituelle, se battre seules ensemble ? Pourquoi ne pas compter sur la pression du courant de l'évolution pour faire cesser le combat, finalement et à la longue, et entraîner le triomphe du bien ? Pourquoi s'y évertuer maintenant ?

Ce sont là des réactions naturelles, quand on examine l'actuel champ de conflit, la convoitise qui règne, les antagonismes raciaux et internationaux, et les motifs égoïstes qui gouvernent tant d'unités nationales, en plus de la lourde apathie des masses et, en particulier le soupçon et le manque de confiance grandissants entre les Etats-Unis et la Russie – situation ou les deux groupes sont presque également coupables. Cette situation génératrice de guerre est nourrie, derrière la scène, par le pouvoir très habile et violemment anticommuniste de l'Eglise catholique romaine, avec ses plans politiques organisés – plans qui se développent notablement aux Etats-Unis. A ces facteurs le penseur intelligent ajoute les activités réactionnaires en tous pays, la lutte pour le pétrole qui gouverne la politique de la Russie, des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne. Il faut y ajouter la lutte actuelle entre Hindous et Mahométans pour la domination de l'Inde, la lutte concernant la Palestine – fomentée par les sionistes, et non par les Juifs dans leur ensemble. Lutte par laquelle les sionistes ont empêché les personnes juives déplacées (seulement 20 % de l'ensemble) de découvrir combien elles seraient les bienvenues dans le monde entier ; lutte qui a la convoitise pour motif et non l'amour de la Palestine, qui est gouvernée par des intérêts financiers et non par l'esprit humanitaire dont se réclament les sionistes, et qui les forcerait à accepter les offres faites par la Grande-Bretagne, le Canada, le Chili, la Belgique et bien d'autres.

(source : "Extériorisation de la Hiérarchie" d'Alice Bailey, pp.614-615)




Le travail de l'Instructeur du Monde, le Christ

Le deuxième groupe a l'Instructeur du Monde pour chef. Il est ce grand Maître que les chrétiens nomment le Christ ; Il est également connu en Orient sous le nom de Bodhisattva, et du Seigneur Maitreya, et Il est celui que les mahométans attendent sous le nom de Iman Madhi. C'est Lui qui a présidé aux destinées de la vie depuis environ six cents ans avant Jésus-Christ, c'est Lui qui vint autrefois parmi les hommes, et qui est attendu de nouveau. Il est le Grand Seigneur de l'Amour et de la Compassion, de même que son prédécesseur, le Bouddha, était le Seigneur de la Sagesse. L'énergie du second aspect passe par Lui arrivant directement du centre du cœur du Logos Planétaire, via le cœur de Sanat Kumara. Il travaille par une méditation centrée dans le cœur. Il est l'Instructeur du Monde, le Maître des Maîtres, L'Instructeur des Anges ; c'est à Lui qu'est confiée la direction des destinées spirituelles des hommes et le développement dans chaque être humain de la conscience d'être un enfant de Dieu, un fils du Très-Haut.

(source : "Initiation Humaine et Solaire" d'Alice Bailey, p.48)




Est-ce là trop attendre et espérer de l'humanité à l'heure de la grande misère des hommes ? Les membres éclairés des grandes religions mondiales actuelles, en Orient et en Occident, ne peuvent-ils se réunir et tirer des plans pour cette entreprise invocatoire, pour inaugurer ainsi ensemble le mode d'approche spirituelle destiné à unifier leurs efforts et à déposer au moins la semence de la Nouvelle Religion mondiale ?

L'établissement d'une mesure d'uniformité dans leurs méthodes ne devrait pas être si difficile, une fois qu'elles se seraient entendues sur une certaine unité dans les questions spirituelles essentielles. Cette uniformité soigneusement déterminée aidera partout les hommes à affermir l'activité des uns et des autres et renforcera puissamment le courant d'énergie mentale qui peut être canalisé vers les Existences spirituelles qui travaillent, soumises au Christ et attendent avec espoir le moment de venir en aide à l'humanité. A présent, la religion chrétienne a ses grandes fêtes, les bouddhistes ont leurs fêtes spirituelles particulières, les hindous ont une autre liste de jours saints et il en va de même des mahométans. N'est-il pas possible, dans le monde futur, que tous les hommes, de partout et de toutes les croyances, observent les mêmes jours sacrés et s'unissent en l'honneur des mêmes fêtes ? Ceci amènerait une mise en commun des ressources spirituelles et un effort spirituel unifié, enfin une invocation spirituelle simultanée dont on peut comprendre la puissance.


(source : "Les Problèmes de l'Humanité" d'Alice Bailey, pp.177-178)




Les Constellations dans le Bélier

Trois constellations sont apparentées au Bélier. D'abord Cassiopée, la reine sur le trône, qui symbolise la matière. Il est très intéressant de noter que, dans le cercle du zodiaque, nous trouvons trois femmes. En rapport avec le Bélier, signe du commencement, il y a Cassiopée, la femme dominante. La matière gouverne, la forme asservit. A mi-chemin de la Vierge, il y a la Femme et l'Enfant ; comme nous le verrons plus tard, la mère-matière est la nourrice de l'enfant Christ, la Vierge Marie donne naissance à Jésus. Dans les Poissons, vers la fin de la grande ronde, nous trouvons Andromède, la femme enchaînée. D'abord la femme qui règne et domine, puis la femme qui veille sur l'enfant Christ et ensuite la femme qui représente la matière dominée et maîtrisée. Cassiopée se trouve sur le cercle arctique, près de Céphée, Roi ou Législateur, que nous trouverons plus tard comme étant l'une des trois constellations reliées aux Poissons. Au commencement, la Loi ; à la fin la Loi ; car Céphée a une étroite relation avec le premier et le dernier des signes du zodiaque. Il est intéressant de constater que Mahomet fondateur de la religion la plus militante, est né dans ce signe, la légende veut que Moïse y soit aussi né. Moïse, le législateur et Mahomet, le guerrier.

(source : "Les Travaux d'Hercule" d'Alice Bailey, p.17)




Quelles sont certaines de ces vérités nouvelles qu'il m'incomba de transmettre aux étudiants de l'occultisme ? Permettez-moi de les citer dans l'ordre de leur importance :

[...]

7. L'enseignement sur la nouvelle religion mondiale, et l'accent qu'elle mettra sur les trois périodes majeures de Pleine Lune (Bélier, Taureau, Gémeaux, tombant habituellement en avril, mai et juin respectivement) et les neuf (parfois dix) Pleines Lunes mineures de chaque année. Ceci conduit à l'établissement d'une relation entre le travail du Christ et celui du Bouddha dans l'esprit des personnes d'inclination spirituelle de par le monde, ce qui élargira considérablement l'aspiration humaine. Ce travail est encore embryonnaire, mais il devrait recevoir une attention grandissante. Il se révélera un jour être le principal élément de liaison entre l'Orient et l'Occident, spécialement si l'on indique que Shri Krishna était une incarnation antérieure du Seigneur d'Amour, le Christ. De cette façon, trois religions mondiales majeures – chrétienne, hindouiste et bouddhiste – seront intimement liées, tandis que la foi musulmane se trouvera liée à la foi chrétienne car elle incarne le travail du Maître Jésus adombrant l'un de ses disciples de haut degré, l'initié très avancé, Mahomet.

(source : "Traité sur les Sept Rayons - Les Rayons et les Initiations" d'Alice Bailey, p. 251 et 254)




Chaque grande religion qui apparaît est sous l'influence de l'un ou l'autre rayon, mais il ne s'ensuit pas nécessairement que chaque rayon successif doive se manifester par l'apparition d'une grande religion. Nous savons que le Brahmanisme est la dernière grande religion qui naquit sous l'influence du premier rayon ; nous ne savons quelle a pu être la religion qui fut la manifestation de la dernière période du second rayon ; mais les religions Chaldéenne, Égyptienne et Zoroastrienne peuvent être considérées comme représentant respectivement les troisième, quatrième et cinquième rayons. Le Christianisme et probablement le Bouddhisme furent des résultats de l'influence du sixième rayon, le Mahométisme, est aussi sous l'influence du sixième rayon, mais il n'est pas une grande religion racine, étant un produit hybride du Christianisme et du Judaïsme.


(source : "Traité sur les Sept Rayons - Psychologie Esotérique I" d'Alice Bailey, p.167)



Dans "Etude sur la Conscience" Mme Besant dit (page 38) : "La conscience est la Réalité Une, au sens le plus large de cette expression si souvent employée. Il s'ensuit que toute réalité, quelle qu'elle soit, est un produit de la conscience. Donc tout ce qui peut être pensé Est. Nous appelons Conscience Absolue cette conscience qui renferme en elle-même toutes les choses "possibles" ou"réelles" signifie ici toute chose dont l'existence est pensée par une unité de conscience séparée dans le temps et l'espace et "possible", toute chose qui n'est pas pensée à un certain point de l'espace et à une certaine période de temps. Cette Conscience Absolue, c'est le Tout, l'Eternel, l'Infini, l'inéchangeable. La conscience, lorsqu'on pense au temps et à l'espace et aux formes s'y succédant et s'y trouvant placées, est la Conscience Universelle, l'Un, appelé par les Hindous Saguna Brahman, l'Eternel avec ses attributs, le Pratyag-Atma, le Soi Intérieur ; chez les Parsis c'est Ormuzd, chez les Musulmans Allah. Lorsque la conscience s'exerce dans un temps défini – long ou court – ou dans un espace déterminé – vaste ou restreint c'est la conscience individuelle. C'est la conscience d'un être concret, du Seigneur d'un grand nombre d'univers, d'un seul univers, ou même d'une prétendue partie d'univers, cette partie étant sienne, devient son Univers, la portée de ces termes variant avec le pouvoir de la conscience : ce qu'une conscience séparée peut saisir complètement de la pensée universelle, ce à quoi elle peut imposer sa propre réalité, ce qu'elle considère comme existant au même titre qu'elle-même, constitue son Univers.

(source : "Traité sur le Feu Cosmique" d'Alice Bailey, p.48, note 13)




Il existe aujourd'hui dans le monde certaines zones de mal par le moyen desquelles les forces de l'ombre peuvent atteindre l'humanité. Ce qu'elles sont et où elles sont, je n'ai pas l'intention de le dire. Je voudrais néanmoins signaler que la Palestine ne devrait plus être appelée la Terre Sainte ; ses lieux sacrés ne sont que les dernières reliques de trois religions mortes et dépassées. L'esprit a quitté ces croyances anciennes et la vraie lumière spirituelle prend une forme nouvelle, qui se manifestera finalement sur terre en tant que nouvelle religion mondiale. Contribuera à cette forme, tout ce qui est vrai, juste et bon dans les formes anciennes, car les forces du bien en retireront ce qui est bon et l'incorporeront à la nouvelle forme. Le judaïsme est vieux, désuet et séparatif ; il n'a pas de vrai message pour les personnes d'inclination spirituelle, celui-ci étant mieux exprimé par les croyances plus récentes ; la foi musulmane a rempli son rôle et tous les vrais musulmans attendent la venue de l'Imam Mahdi qui les conduira à la lumière et à la victoire spirituelle ; la foi chrétienne a aussi rempli son rôle ; son fondateur cherche à apporter un nouvel Evangile et un nouveau message, qui illuminera tous les hommes, en tous pays. Donc aujourd'hui, Jérusalem ne représente rien d'important, sauf ce qui est passé et devrait disparaître. La "Terre Sainte" n'est plus sacrée, mais est désacralisée par les intérêts égoïstes, et par une nation fondamentalement conquérante et séparative.

(source : "Traité sur les Sept Rayons - Les Rayons et les Initiations" d'Alice Bailey, p.754)


Voir aussi


Notes et références

  1. Des Mousseaux, La magie au XIXème siècle, chap I.
  2. Hargrave Jennings, The Rosicrucians, p. 228-241.
  3. [Cela fut écrit en 1877.]
  4. Mahomet naquit en l'an 571 de notre ère.
  5. NDE : Héléna Blavatsky fait référence à la Crucifixion
  6. Dans le symbolisme, un arbre est un livre – et "pilier" est un autre synonyme du même mot.
  7. Foè-Kouè-Ki ou Relations des Royaumes Bouddhiques, par Chy Fa-hian ; traduit par Abel Rémusat.
  8. Sayce, Hibbert Lectures, 1887, p.
  9. Timée de Locres parlant de "l'Arka" (Anche) l'appelle "le principe des meilleures choses" (Άρχα τω̃ν ὰρίστων). Le mot arcane "caché" ou secret, en est dérivé. "A personne on ne dévoile les Arcanes, sauf au... Très Haut" (Codex Nazaræus) – allusion à la Nature, pouvoir femelle et à l'Esprit, pouvoir mâle, Esculape, en qualité de Dieu-Solaire, était appelé Arghagetos, "né de l'Arche", la divine Vierge-Mère des Cieux (Voyez Kenealy, Book of God, p. 10).
  10. Kenealy, op. cit., ibid.
  11. Ces pages ont été écrites pendant la première moitié de 1946.
Récupérée de « http://esopedia.urobore.net/Islam »
Outils personnels
Création nouvel article