Prâna

De Esopedia.

Prâna, du sanskrit. Principe vital : le souffle de Vie.

(source : "Glossaire Théosophique" d'Héléna Blavatsky)




Prâna. Le principe de Vie, la respiration de Vie. Les occultistes croient à l'affirmation suivante : nous considérons la vie comme la seule forme d'existence, se manifestant dans ce qui est appelé la matière, ou dans ce que, par une séparation arbitraire, nous nommons Esprit, âme et matière dans l'homme. La matière est le véhicule de la manifestation de Dieu sur ce plan d'existence ; l'âme est le véhicule de la manifestation de l'Esprit, et ces trois comme trinité, sont synthétisés par la Vie qui les pénètre tous.

(source : "Initiation Humaine et Solaire" d'Alice Bailey)




C’est un élément subjectif sous-jacent à l'air inspiré et expiré, qui a une grande influence sur le corps éthérique. Les étudiants doivent se rappeler que les effets subtils sont plus puissants que les effets physiques. Ils produisent des effets dans deux directions, sur le corps physique et sur le corps éthérique.

(source : "Traité sur la Magie Blanche" d'Alice Bailey, p.155)




C'est la force vitale inhérente à la matière même, dans laquelle sont plongées toutes les formes en tant que partie d'une plus grande forme. Toutes les formes réagissent à cette énergie qui vient du soleil physique et qui agit activement sur le corps vital de toutes les formes dans le monde physique, y compris la forme physique de l'humanité elle-même.

(source : "Traité sur la Magie Blanche" d'Alice Bailey, p.393)




Chaleur active ou prana ; elle anime tout, et c'est la force qui fait progresser la forme en évolution. Elle apparaît dans les quatre éthers et dans l'état gazeux, et c'est la correspondance sur le plan physique et pour l'homme, de l'Akasha et de sa manifestation quintuple sur le plan du système solaire.

(source : "Traité sur le Feu Cosmique" d'Alice Bailey, p.40)




Le prana est la somme totale de l'énergie du corps (et cela s'applique également au corps planétaire et au corps solaire). Il concerne donc l'énergie affluant dans le corps éthérique et s'épanchant par le truchement du corps physique ; ce que nous voyons symbolisé, dans ce corps physique, par le jeu inévitable de l'aspiration et de l'expiration du souffle.

(source : "La Lumière de l'Ame" d'Alice Bailey, p.189)




La tendance actuelle vers des conditions de vie plus adéquates et plus pures, le retour de l'homme à un mode de vie plus simple et plus sain, la recherche générale des bains, de l'air pur, du soleil, et un plus grand désir de légumes et de noix auront pour résultat inévitable une meilleure assimilation des fluides praniques. Ceci produira certains changements et améliorations dans la vitalité du corps éthérique et dans les organes physiques.

(source : "Traité sur le Feu Cosmique" d'Alice Bailey, p.552)




L'énergie pranique stimule l'activité animale et le développement du plan physique. Son effet s'exerce principalement sur les atomes du corps physique et a une action triple sur la substance du corps physique :

a. Le prana maintient la santé animale du corps.
b. Il construit et apporte dans le corps physique, par ses courants de force et d'énergie, ce qui est nécessaire pour remplacer l'usure journalière.
c. C'est le moyen par lequel l'homme entre en contact physique avec son frère. Le magnétisme physique est pour une large part, sinon totalement, dépendant du prana.

(source : "Traité sur le Feu Cosmique" d'Alice Bailey, p.724)




Le prana peut être défini comme l'essence de vie de chaque plan dans la région septuple que nous appelons le plan physique cosmique. C'est la VIE du Logos planétaire, encerclée dans des limites, animant, vivifiant et reliant les sept plans – en réalité les sept sous-plans du plan physique cosmique – et tout ce qui se trouve en eux et sur eux.

(source : "La Télépathie et le Corps Ethérique" d'Alice Bailey, p.160)




La nature du prana n'est ni mentale ni astrale. Le prana est pure substance planétaire ou essence vivante, et c'est cette substance qui compose le corps éthérique de la planète.

(source : "Traité sur les Sept Rayons - Guérison Esotérique" d'Alice Bailey, p.225)




Prana est le nom donné à l'énergie attirée sur le plan physique en provenance de l'aspect éthérique de toute vie phénoménale. Cet aspect éthérique de l'énergie divine est une synthèse d'énergies. Si par exemple l'énergie primordiale dans laquelle un individu vit principalement, se meut, et possède le foyer de son existence est surtout astrale, alors l'expression majeure d'énergie dans son équipement sera principalement astrale, ou sensible aux émotions. Le sujet réagira constamment à l'énergie physique ou prana, et à l'énergie astrale ou aux nombreuses forces émotionnelles sensitives. Celles-ci se manifestent principalement par les centres de la rate, du plexus solaire, et du larynx, et elles affectent de différentes manières la rate physique, l'estomac, et la glande thyroïde.

Lorsqu'un individu manifeste de l'intérêt pour ces deux types d'énergie, cela prouve qu'il y est habituellement immergé et que ce sont celles auxquelles il répond le plus aisément et le plus normalement.

(source : "Traité sur les Sept Rayons - Guérison Esotérique" d'Alice Bailey, pp.257-258)




[Elle] constitue la vitalité qui met en activité les organes des sens et produit chez l'homme l'expansion de la vie ; son agent de distribution est le système nerveux, par l'entremise de certains grands centres distributeurs appelés plexi ou lotus. Les ganglions nerveux, connus de la médecine orthodoxe, sont les reflets ou ombres des plexi plus vitaux. L'étudiant ne se trompera guère s'il considère que la somme du prana qu'il y a dans le corps humain constitue le corps vital ou éthérique. Ce corps éthérique est entièrement formé de courants d'énergie, et il est le substratum de la substance vivante sous-jacente à la forme physique dense.

"Les airs vitaux" est une des expressions appliquée à cette énergie. Le prana est quintuple en sa manifestation, et correspond ainsi aux cinq états du mental – le cinquième principe – et aux cinq modifications du principe pensant. Dans le système solaire, le prana devient les cinq grands états d'énergie que nous appelons plans, les moyens d'expression de la conscience ; ce sont :


1. Le plan atmique ou spirituel.
2. Le plan bouddhique ou intuitif.
3. Le plan mental.
4. Le plan émotif, astral ou kamique.
5. Le plan physique.


Les cinq différenciations du prana dans le corps humain sont :


1. Prana, s'étendant du nez au coeur et étant particulièrement en relation avec la bouche et la parole, le coeur et les poumons.
2. Samana, qui s'étend du coeur au plexus solaire ; il concerne la nourriture, et l'alimentation du corps par le truchement de la nourriture et de la boisson ; il est particulièrement relié à l'estomac.
3. Apana est prépondérant depuis le plexus solaire jusqu'à la plante des pieds ; il concerne les organes de l'élimination, de la déjection et de la naissance, étant ainsi en relation particulière avec les organes générateurs et éliminateurs.
4. Udana se trouve entre le nez et le sommet de la tête ; il est surtout en relation avec le cerveau, le nez et les yeux et produit, quand il est correctement dirigé, la coordination des airs vitaux et leur manipulation correcte.
5. Vyana est le terme appliqué à la somme de l'énergie pranique telle qu'elle est répartie également à travers tout le corps. Ses instruments sont les milliers de nadis ou nerfs qui se trouvent dans le corps et il est en relation particulière et bien déterminée avec les canaux sanguins, veines et artères.


(source : "La Lumière de l'Ame" d'Alice Bailey, pp.275-276)




C'est l'énergie vitale donnée par le Soleil, qui distribue à la fois la vie et la mort, la santé et la maladie, selon la qualité de la substance ou forme matérielle sur laquelle elle exerce son impact. Cet impact et ses résultats sont aujourd'hui entièrement automatiques dans leur application et leur efficacité ; ils sont considérés comme fonctionnant "en dessous du seuil de la conscience" de l'humanité, et nécessairement de la Hiérarchie. Le rythme de cette énergie est établi et ses effets sont bien connus et prouvés. Sa direction sera un jour entre les mains du grand centre planétaire, l'humanité ; donc, c'est au genre humain que sera confiée la responsabilité de sa distribution aux règnes subhumains.

(source : "Extériorisation de la Hiérarchie" d'Alice Bailey, p.587)


Sommaire

Eléments praniques

Menues essences de feu, qui ont la faculté de pénétrer la texture du corps humain, d'un arbre, et de tout ce qui se trouve dans les règnes humain, végétal, et animal, et qui se mêlent aux feux des systèmes microcosmiques.

(source : "Traité sur le Feu Cosmique" d'Alice Bailey, p.57)


Prana solaire et planétaire

[Le Prana Solaire] est ce fluide vital et magnétique qui émane du soleil, et qui est transmis au corps éthérique de l'homme par l'intermédiaire de certains dévas[1], d'un ordre très élevé, et de couleur dorée. Il passe à travers leurs corps, et en ressort sous forme de puissantes radiations, qui sont dirigées vers certains plexi de la partie supérieure du corps éthérique, la tête et les épaules, puis retransmises à la correspondance éthérique de l'organe physique, la rate, et qui de là pénètrent en force dans la rate.

(source : "Traité sur le Feu Cosmique" d'Alice Bailey, p.77)




[Le Prana Planétaire] est le fluide vital émanant de toute planète, qui constitue sa qualité ou coloration de base, et qui est produit par la répétition, au sein de la planète, du même processus déjà observé chez l'homme en relation avec le prana solaire[2]. La planète (la Terre, ou toute autre planète) absorbe le prana solaire, assimile ce qui est nécessaire, et restitue ce qui n'est pas essentiel à sa bonne condition sous forme de radiation planétaire.

Le prana planétaire est donc le prana solaire, qui est passé dans la planète, a circulé dans le corps éthérique planétaire, a été transmis à la planète physique dense, et rejeté par elle sous forme de radiation douée du même caractère essentiel que le prana solaire, avec en plus, la qualité individuelle et spécifique de la planète en question. C'est la répétition du processus subi par le corps humain.

(source : "Traité sur le Feu Cosmique" d'Alice Bailey, p.78)


Prana des formes

[...] Les formes sont nécessairement de deux sortes, chacune ayant sa place particulière dans le schéma général :

Les formes résultant du travail du troisième et du deuxième Logos, et étant Leur vie unifiée. De telles formes constituent les unités des règnes végétal, animal et minéral. Les formes résultant du travail des trois Logoï, et qui comprennent uniquement les formes des dévas et des hommes.

Il y a la forme encore plus simple incarnant la substance dont toutes les autres formes sont faites. Cette matière est, à proprement parler, la matière atomique et moléculaire, animée par la vie ou énergie du troisième Logos.

En ce qui concerne ce premier groupe de formes, il faut noter que les émanations praniques émises par les unités du règne animal et végétal (après qu'elles aient absorbé le prana solaire et le prana planétaire) sont naturellement une combinaison des deux, et sont transmises par le moyen de la radiation de surface, comme pour le prana solaire et planétaire, à certains groupes de dévas d'un ordre peu élevé qui ont une relation curieuse et complexe avec l'âme groupe des animaux ou végétaux radiants.

Ces dévas sont aussi de nuance violette mais tellement pâles qu'ils en sont presque gris ; ils se trouvent dans un état transitoire, et se mêlent de manière confuse et embarrassante avec des groupes d'entités qui sont presque sur l'arc d'involution En ce qui concerne le second groupe, la forme humaine transmet ses émanations à un ordre de dévas beaucoup plus élevé. Ces dévas sont d'une teinte plus accentuée, et après assimilation des radiations humaines, les transmettent principalement au règne animal, ce qui prouve l'étroite relation entre les deux règnes.

(source : "Traité sur le Feu Cosmique" d'Alice Bailey, pp. 80-83)


Emploi de l'énergie pranique

D'autres groupes ont pour tâche de travailler avec l'énergie constituée par prana ou énergie de vie, bien connue et très discutée, l'énergie de vitalité. L'emploi correct des énergies praniques (au nombre de sept) dissipera d'une manière absolument certaine la maladie et les maux physiques, et guérira les souffrances du véhicule physique humain.

(source : "L'Etat de Disciple dans le Nouvel Age I" d'Alice Bailey, p.97)


Notes et références

  1. NDE : Voir l'article Dévas solaires.
  2. NDE : Voir l'article Dévas planétaires.



Cet article a été constitué en partie grâce à l' Encyclopédie de l'Ame. Que ses auteurs anonymes en soient remerciés.


Outils personnels
Création nouvel article