Diakka

De Esopedia.

Diakka. Appelés "spectres" et "coques" par les occultistes et les théosophistes, c'est-à-dire, les fantômes du Kâma loka. C'est un mot forgé par le grand voyant américain, Andrew Jackson Davis, pour désigner ce qu'il considère, comme des "Esprits" indignes de confiance. Selon ses propres termes :

— "Un Diakka (du Summerland [1]est celui qui prend un plaisir insensé à assumer des rôles, jouer des tours, et personnifier des personnages opposés ; pour qui les prières et les déclarations profanes sont de valeur équivalente ; trop chargé de passion pour les récits lyriques ; déficient moralement il est dépourvu des sentiments actifs de justice, de philanthropie ou d'affection tendre. Il ne sait rien de ce que les hommes appellent sentiment de gratitude, les buts de l'amour et de la haine sont les mêmes pour lui et sa devise est souvent terrible pour les autres — le Soi est la totalité de la vie individuelle, et l'annihilation exaltée est la fin de toute vie particulière. Encore hier, l'un d'eux a dit ceci à une dame médium, en signant Swedenborg :

— "Quoique ce soit qui est, a été ou sera, ou pourrait être, je suis cela, et la vie personnelle n'est que les phantasmes agglomérés de frissons de pensée, se précipitant dans leur ascension au cœur central de la mort éternelle !" (The Diakka and their Victims, "une explication de ce qui est faux et repoussant dans le spiritisme").

Les "Diakka" sont donc simplement les prétendus "Esprits" à communication et à matérialisation des médiums et des spirites.


(source : "Glossaire Théosophique" d'Héléna Blavatsky)

Notes et références

  1. Littéralement, "Pays d'Eté" (N.D.T.)
Récupérée de « http://esopedia.urobore.net/Diakka »
Outils personnels
Création nouvel article