Sakvala : Différence entre versions

De Esopedia
Aller à : navigation, rechercher
 
Ligne 1 : Ligne 1 :
'''Sakvala''', du sanskrit. C'est un [[bana]] ou "mot" prononcé par [[Gautama Bouddha]] dans ses instructions orales. '''Sakvala''' est un [[système]] de [[mondes]], ou mieux un système solaire, comme il y a un nombre infini dans l'univers, qui indique cette partie d'espace jusqu'où la [[lumière]] de chaque [[soleil]] se propage. Chaque Sakvala contient terres, enfers et ciels (voulant dire sphères de [[bien]] et de [[mal]], notre terre étant considérée comme un [[enfer]] en [[occultisme]]) ; il atteint le comble de sa perfection, ensuite tombe en décadence et se trouve finalement détruit en des périodes qui reviennent régulièrement, en vertu de la loi une et immuable. Le [[Maître]] enseigna que, sur terre, il y avait déjà eu [[quatre]] grands "continents" (la [[Terre des Dieux]], la [[Lémurie]], l'[[Atlantide]], et le "continent" actuel de la ''[[Doctrine Secrète]]'', divisé en [[cinq]] parties), et que [[trois]] doivent encore apparaître. Les quatre premiers "ne communiquaient pas les uns avec les autres", une phrase qui montre que le [[Bouddha]] ne parlait pas des continents actuels connus en son temps (car [[Pâtâla]] ou l'[[Amérique]] était parfaitement familier des anciens [[Hindous]]), mais des quatre formations géologiques de la terre, avec leurs quatre [[races-racines]] distinctes qui avaient déjà disparu.
+
'''Sakvala''', du sanskrit. C'est un [[bana]] ou "[[mot]]" prononcé par [[Gautama Bouddha]] dans ses instructions orales. '''Sakvala''' est un [[système]] de [[mondes]], ou mieux un système solaire, comme il y a un nombre infini dans l'[[univers]], qui indique cette partie d'[[espace]] jusqu'où la [[lumière]] de chaque [[soleil]] se propage. Chaque Sakvala contient terres, enfers et ciels (voulant dire sphères de [[bien]] et de [[mal]], notre terre étant considérée comme un [[enfer]] en [[occultisme]]) ; il atteint le comble de sa perfection, ensuite tombe en décadence et se trouve finalement détruit en des périodes qui reviennent régulièrement, en vertu de la loi une et immuable. Le [[Maître]] enseigna que, sur terre, il y avait déjà eu [[quatre]] grands "continents" (la [[Terre des Dieux]], la [[Lémurie]], l'[[Atlantide]], et le "continent" actuel de ''[[La Doctrine Secrète]]'', divisé en [[cinq]] parties), et que [[trois]] doivent encore apparaître. Les quatre premiers "ne communiquaient pas les uns avec les autres", une phrase qui montre que le [[Bouddha]] ne parlait pas des continents actuels connus en son temps (car [[Pâtâla]] ou l'[[Amérique]] était parfaitement familier des anciens [[Hindous]]), mais des quatre formations géologiques de la [[Terre (planète)|terre]], avec leurs quatre [[races-racines]] distinctes qui avaient déjà disparu.
  
 
{{gloss}}
 
{{gloss}}
  
 
{{b}}
 
{{b}}

Version actuelle datée du 4 mai 2008 à 17:05

Sakvala, du sanskrit. C'est un bana ou "mot" prononcé par Gautama Bouddha dans ses instructions orales. Sakvala est un système de mondes, ou mieux un système solaire, comme il y a un nombre infini dans l'univers, qui indique cette partie d'espace jusqu'où la lumière de chaque soleil se propage. Chaque Sakvala contient terres, enfers et ciels (voulant dire sphères de bien et de mal, notre terre étant considérée comme un enfer en occultisme) ; il atteint le comble de sa perfection, ensuite tombe en décadence et se trouve finalement détruit en des périodes qui reviennent régulièrement, en vertu de la loi une et immuable. Le Maître enseigna que, sur terre, il y avait déjà eu quatre grands "continents" (la Terre des Dieux, la Lémurie, l'Atlantide, et le "continent" actuel de La Doctrine Secrète, divisé en cinq parties), et que trois doivent encore apparaître. Les quatre premiers "ne communiquaient pas les uns avec les autres", une phrase qui montre que le Bouddha ne parlait pas des continents actuels connus en son temps (car Pâtâla ou l'Amérique était parfaitement familier des anciens Hindous), mais des quatre formations géologiques de la terre, avec leurs quatre races-racines distinctes qui avaient déjà disparu.

(source : "Glossaire Théosophique" d'Héléna Blavatsky)